FNG : enquête pour blanchiment d’argent et quatrième suspect

FNG : enquête pour blanchiment d’argent et quatrième suspect
Photo: Shutterstock.com

En faillite, le groupe FNG est désormais également soupçonné de blanchiment d’argent. Une douzaine de perquisitions ont déjà été effectuées dans le cadre du dossier et l’avocate de la maison mère de Brantano est la quatrième personne inculpée.

 

Premier suspect externe

Le parquet d’Anvers enquête sur un possible blanchiment d’argent au sein du holding de mode FNG. Le cabinet d’avocats NautaDutilh a été perquisitionné et l’avocate de l’ancienne mère de Brantano, Elke Janssens, est inculpée. C’est qu’à confirmé le parquet d’Anvers à De Tijd.


L’enquête judiciaire prend ainsi une nouvelle tournure. Jusqu’à présent, l’ancienne direction du groupe de mode était accusée de manipulation du marché, de falsification des comptes annuels, d’abus de biens sociaux et d’entrave à l’enquête (par le FSMA, l’organisme de surveillance des marchés boursiers). Mais le blanchiment d’argent ne figurait pas parmi les chefs d’inculpation.


C’est également la première fois dans le dossier qu’une personne extérieure au trio fondateur – Dieter Penninckx, Anja Maes et Manu Bracke – est arrêtée. Une dizaine de perquisitions ont cependant déjà eu lieu chez les différentes personnes concernées et le parquet évoque plusieurs saisies.

 

Dollars hongkongais

Les enquêteurs se casseraient les dents sur les 94 millions d’euros qui ont disparu dans ce que le rapport annuel lui-même décrit comme des « transactions douteuses ». Ces transactions ont été conclues par l’intermédiaire de la Fashion Buying Platform Holding, qui inclurait des structures suspectes en Suisse et à Hong Kong et aurait des ramifications en Turquie, en Inde et en Chine. Il serait question de rabais pour grands volumes accordées par des fournisseurs que n’a jamais reçus FNG, mais aussi de vente de données aux fournisseurs.


Lors de l’audit des comptes annuels, les comptables n’étaient pas parvenus à démêler l’écheveau de sociétés et de transactions au sein de la centrale d’achat et ont donc décidé de comptabiliser les 94 millions d’euros en question dans les pertes. L’épidémie de coronavirus, qui a commencé en Chine, grand pays de production, aurait également joué un rôle, a déclaré l’ancien CEO Dieter Penninckx dans une interview avec RetailDetail.


Dieter Penninckx est actuellement détenu à la prison à Malines pour avoir violé les conditions de libération avec son épouse Anja Maes. Lors d’une précédente arrestation, les fondateurs avaient été immédiatement libérés sous des conditions strictes afin de ne pas entraver l’enquête judiciaire. Anja Maes a été autorisée à quitter la prison avec un bracelet électronique à la cheville, mais la chambre du conseil statuera mardi sur leur arrestation.